photo
Nicolas, stagiaire au C-paje

Je suis en première année à l’Helmo Esas en section « animation socio-culturelle et sportive ». Un stage de 120h doit être effectué de janvier à février afin de pouvoir poursuivre le cursus en 2ème année. Je devais donc me trouver un stage pour la première fois de ma vie.
Lorsque j’ai entendu parler du C-paje, je n’avais aucune idée de ce que c’était. J’ai fait mes recherches et j’ai vu qu’ils proposaient des animations d’écritures, de théâtre, de street-art,…J’en ai également parlé en classe avec un ami, qui avait déjà assisté à une animation du C-paje et il m’a convaincu.
Séduit par le projet, j’ai envoyé un mail à la direction. On m’a très vite répondu et donné un rendez-vous afin que je vienne signer mes conventions de stage. J’ai été super bien accueilli. Entre ce moment là et le commencement du stage, deux animateurs du C-paje sont venus proposer une animation musicale au sein de mon école. J’ai adoré et ça m’a encore plus donné envie de commencer.
Je suis donc revenu quelques mois plus tard et on m’a fait commencer fort : mon premier jour de stage a été également mon premier jour d’animation dans deux écoles primaires. Les deux animateurs avec qui je suis parti m’ont vite mis à l’aise. La première chose qui m’a marqué est que lorsque nous nous sommes présentés devant la classe, les animateurs ne m’ont pas juste présenté comme un stagiaire qui était là pour observer, mais plutôt comme un collègue. J’ai trouvé ça gratifiant et ça m’a tout de suite enlevé le blocage que j’aurais pu avoir vis-à-vis du public et du rôle que je devais avoir.
J’ai beaucoup appris au cours de la première semaine ; je pense même que j’ai plus appris en une semaine sur le terrain que pendant toute l’année dans la classe. Je me suis rendu compte que beaucoup de facteurs entraient en compte lors d’une animation : le public, bien évidemment, mais aussi les gens avec qui tu animes, ton humeur du jour,…
Le C-paje laisse une grande place à l’initiative. Tous les travailleurs du C-paje aiment être indépendants et étant donné que je n’avais pas d’expérience avant le stage, j’ai eu un peu de mal à savoir ce que l’on attendait de moi au début. Cependant, on m’a assez vite donné des tâches à faire et même les moments où j’étais dans les bureaux, j’étais souvent occupé à faire plein de choses variées.
Au cours de mon stage, qui aura duré seulement un mois, le C-paje m’a donné l’opportunité de travailler avec un grand nombre de publics et j’ai animé avec presque tous les animateurs du C-paje. J’en ai beaucoup appris sur le métier d’animateur social mais également sur mes limites personnelles. Hormis les animations, j’ai aussi eu la chance d’assister à des formations, données à des professionnels du milieu. Cela m’a permis d’enregistrer quelques techniques artistiques qui pourraient m’être utiles dans ma future profession.
L’ambiance au C-paje est vraiment familiale et permet de s’épanouir sans trop de pressions sur ses épaules. En l’espace de 120h, je n’ai pas eu l’impression de faire deux fois la même chose et c’est ce qui me tenait vraiment à coeur au moment de choisir un stage.
Pour conclure, j’encouragerais tout les jeunes qui sont en étude d’animation à venir faire un stage au C-paje : c’est un chouette endroit pour apprendre le métier avec des animateurs/formateurs de qualité qui savent où ils vont et qui se donnent les moyens d’y arriver.



logo www.c-paje.net

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

>> Parcourez nos archives :
Février 2019
Janvier 2019
Décembre 2018

>> Afficher TOUTES les archives

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

>> Recevez chaque mois la newsletter du C-paje en vous inscrivant ici.
Inscription - Désinscription

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

>> Téléchargez notre photo du mois en fond d'écran :
1024x768
1280x1024